Il y a encore trois ou quatre ans, j’aimais beaucoup porter des nœuds papillon. Cela m’est certes un peu passé, mais ça ne m’empêche pas de trouver des personnes qui en portent vraiment stylées.

Surtout qu’aujourd’hui, il y a un choix énorme sur le marché. Beaucoup de marques se sont lancées dans l’aventure du nœud papillon mais j’y reviendrai, on verra ça à la fin de l’article.

Je sais que pour certains, c’est un accessoire difficile à porter, qui peut vite faire too much ou garçon de café.

À l’époque où j’en portais, je me souviens que les gens me regardaient bizarrement. Dans leur tête, ils devaient se faire une réflexion du genre “mais il a craqué lui avec son nœud papillon“. Peu importe, j’ai continué à en intégrer dans mes looks et à apprécier ça !

Rassurez-vous, je suis là pour vous prouver que l’on peut porter le « nœud pap » sans trop en faire, en s’amusant.

Le nœud papillon, de A à Z

Petite parenthèse historique : la naissance du noeud papillon

Nous sommes au début du XIXème siècle. La mode est à la cravate blanche et fine en toile de lin. Les premières apparitions du noeud papillon viennent avant tout du nœud de cravate.

Les adeptes enroulaient leur cravate plusieurs fois autour du cou et la nouaient sur le devant, sans que les pans ne retombent sur la chemise.

C’est en France que ce nœud se serait transformé en papillon. Il aurait été baptisé ainsi en l’honneur de Puccini, suite au succès de « Madame Butterfly

La seule chose à laquelle vous devez prêter attention, qui constitue une règle en soit, est la largeur du noeud. Si vous ne voulez pas être ridicules, veillez à ce qu’il ne dépasse pas la largeur du visage.

Plus vous êtes costauds, plus vous pourrez prendre un noeud papillon aux dimensions généreuses.

Les différents types d’attaches

Il en existe principalement trois :

  • Les nœuds montés et cousus : ils ne peuvent pas se défaire et sont pratiques à utiliser mais moins esthétiques. On retrouve principalement ce type de noeud en entrée de gamme.
  • Les noeuds à agrafes : deux attaches permettent de le clipper. Ils sont souvent pré-noués mais peuvent se défaire si besoin.
  • Les nœuds à nouer soi-même : ils peuvent être ajustables ou à taille de cou fixe (comme les chemises). On les trouve plutôt répandus dans le secteur haut de gamme, ils dégagent une certaine authenticité.

 

» en 1904.

S’en suit l’âge d’or du nœud papillon. De Winston Churchill à James Bond, ou dans la mode de rue, il se porte par tous, notamment ces dernières années où il suscite à nouveau de l’intérêt.

Une seule règle à retenir

Il en existe différents types. Aucun n’est plus approprié pour telle ou telle occasion : ici, tout est vraiment une question de goûts.